Actualités, Artiste à la une, Découverte, Musique et technologie

Mosayane : une artiste qui surprend…et avance

Comme l’explique William Weber, professeur d’Histoire à la California State University et auteur de “The Musician as Entrepreneur, 1700-1914”, l’entrepreneuriat musical ne date pas des années 2000 ou 90. Paganini, Monteverdi, Beethoven, Mozart ou encore Telemann s’investissaient autant dans leur business musical que dans leur musique à proprement parler et ont contribué à modeler le mode de fonctionnement de l’industrie musicale de l’époque. Depuis toujours, l’artiste indépendant doit travailler au-delà des questions artistiques pour passer de l’ombre à la lumière et être reconnu pour ses œuvres. Pour réussir. C’est visiblement dans cette logique que Mosayane a inscrit son projet, c’est dans cette logique qu’elle avance et avance.

En réalité, même si elle partage son univers musical avec le plus grand nombre depuis des années, la sortie de Wetam en 2020 va amorcer le début d’une nouvelle étape.

Gagner en visibilité

Construire un projet demande avant tout d’exister dans l’esprit des autres, d’avoir une communauté, une fanbase. Avec un clip percutant aux effets spéciaux réussis, la jeune artiste effectue alors en 2020 un retour énergique et coloré, reprenant quelques formules de ses précédents titres tout en intégrant des éléments plus actuels, plus intimes. Mosayane prouve ainsi qu’elle a toujours de l’énergie, du cœur et du talent sous le pied. Par ailleurs, elle va également s’ouvrir :

  • aux plateformes digitales avec le même single désormais disponible en vente légale partout dans le monde,
  • au monde du web avec un nouveau site internet mosayanemusic.com qui dévoile au mieux son univers, son parcours et ses projets
  • aux mélomanes de la ville de Douala lors de la première édition de « La Nuit du Barman» qui a eu lieu le 20 décembre 2020 à la Salle des Fêtes d’Akwa. Elle reviendra d’ailleurs en mars 2021, invitée par l’artiste Annie Anzouer pour la célébration de sa 30è année de carrière. Mosayane va ainsi prester en levée de rideau pour le bonheur de son hôte qui ne va pas hésiter à la plébisciter. Les mélomanes se souviendront encore de la formule simplifiée et de ce spectacle eclectique imaginée sur les chapeaux de roues par la jeune dame alors accompagnée de quelques musiciens de talent de la même ville.

 

La scène : l’essentiel

En mai dernier, « Voyage et Partage », la première présentation d’un spectacle montée de toutes pièces par Mosayane, foule les planches de l’IFC-Yaoundé. Alternant entre danse, chant, instruments et voix, Mosayane prouve une nouvelle fois qu’elle sait raconter des histoires qui tiennent en haleine, elle prouve qu’elle sait où elle va et surtout qu’elle est une artiste précoce mais paradoxalement mature.

De l’intro de son spectacle, en passant par des transitions subtiles et bien maitrisées, l’artiste et sa jeune troupe vont offrir un spectacle de haute facture qui fera échos bien au-delà. Si certains artistes décollent grâce à leurs concerts et à leurs tournées, les autres explosent grâce à Youtube, certains choisissent de se mettre à fond sur la composition ou la production, pendant que d’autres misent tout sur Soundcloud, Snapchat, Facebook ou n’importe quel autre réseau social. En réalité, pour faire croître une carrière, il n’y a pas de règles prédéfinies pour réussir. Ce n’est donc pas parce que des artistes ont connu un succès immense il y a 10 ou 20 ans grâce à une tactique X ou Y, qu’il doit s’agir de votre objectif. Mosayane l’a bien compris et travaille depuis longtemps et à fond pour trouver ce qui marche pour elle. Sa musique est sincère, sans fioritures, difficile à caser, inaltérable.

Ella a compris que c’est aujourd’hui qu’il faut prendre sa carrière en mains et arrêter de se donner des excuses, avoir sa propre identité et ne jamais suivre la masse. C’est bien parce qu’il existe bien plus d’une manière de réussir, qu’elle reste ouverte et prend à cœur les opportunités qui existent aujourd’hui tout en restant flexible.

 

A suivre…