Actualités, Formations, Marketing digital, Nouvelles sorties

Artiste ou Musicpreneur : Quelle différence ?

De nombreux artistes me sollicitent à tort ou à raison pour que je les « manage », ou pour “accompagner leur projet artistique”. Je continue de me demander pour quelle raison. Est-ce parce que mon amour pour la musique est si visible ? Est-ce parce que je m’implique sur tous les concerts ou festival qui me parlent à défaut d’y être simplement en tant que mélomane ? Que leur a-t-ton dit de mon modeste parcours d’entrepreneur ou de web entrepreneur ? Qu’en attendent-ils vraiment ?

Même si c’est un honneur d’être sollicité par tous ces talents fous et admirables, dans la plupart des cas, je demande toujours à ceux des artistes indé qui me contactent, de s’assurer qu’ils ont eux-mêmes une parfaite maîtrise de leur projet, de ce que Réussir dans la musique signifie pour eux. Est-ce juste une simple passion, un passe-temps ? Et l’argent dans tout ça ? Sont-ils simplement des artistes ou alors sont-ils davantage des Entrepreneurs de la musique ? Ce détail important éloigne beaucoup d’embarras et fait toute la différence. Et j’ai eu la chance d’accompagner quelques musicpreneurs et j’avoue que c’est toujours très enrichissant. Pour revenir au sujet, voici un article paraphrasé de Marketing Musical.fr (Blog spécialisé que jai découvert dans mes multiples périples) que je livre à la vindicte populaire, sans prétention aucune et surtout en espérant qu’il éclairera le chemin de certains.

Le terme “Musicpreneur” est la contraction des mots “Musicien” et “Entrepreneur”. Il désigne de ce fait un artiste polyvalent et indépendant qui gère à la fois les dimensions artistiques et ENTREPREURIALES de sa carrière. Cela veut donc dire prendre contrôle proactivement de son projet artistique, ne plus rester spectateurs de l’industrie musicale ou de la politique culturelle de son pays ou ne plus attendre que le destin fasse le miracle. Et très souvent, avoir de l’argent ou un financier pour son projet ne suffit pas. Les entrepreneurs qui se respectent savent que l’argent et le talent comptent pour moins de 30% dans un projet d’affaires.

Le Musicpreneur est donc un artiste averti qui considère son projet musical comme un véritable business, sans pour autant délaisser l’aspect artistique qui porte l’essentiel de sa démarche. Sinon comment vendre un produit pourri à grand coup de marketing ?

COMMENT EN-EST ON ARRIVE LA ?
L’industrie musicale vieillit et des générations de musiciens se succèdent. Depuis le début du siècle précédent, nombreuses ont été les mutations que ce secteur a connu: la cassette, la radio, le vinyle, la télévision, le CD, et plus récemment internet, le mp3, le streaming ou encore les réseaux sociaux. Une chose est sûre : aujourd’hui on ne vend plus de musique comme on le faisait il y a seulement 50, 20 ou même 10 ans. Et de ce fait le rôle même de l’artiste a lui aussi totalement muté. En effet, les rapides avancées technologiques notamment liées au web 2.0 et 3.0 ont détruit les barrières séparant potentiellement l’artiste de ses fans.

« Aujourd’hui le Musicpreneur accompli n’a plus absolument besoin des médias traditionnels ou d’un contrat chez un label pour assurer sa promotion. On connait des artistes qui ont trouvé leur place au soleil simplement grace une bonne stratégie Youtube. L’artiste peut donc prendre tout cela en main, SEUL et à son échelle. Aujourd’hui signer avec une maison de disque est toujours extrêmement intéressant, mais n’est plus une fin en soi. D’autant plus que les maisons de disque ne signent désormais qu’avec des artistes bien établis, qui ont fait leur preuve, ont un public, parfois un catalogue fourni et possédant déjà un potentiel financier certain. Ce n’est pas le cas pour la plupart des artistes indé qui essaient encore de frayer leur chemin, de comprendre leur marché ou même leur public, parfois avec un répertoire encore en chantier.

C’est d’ailleurs pour cette raison que de plus en plus de musiciens décident en toute modestie, de devenir de réels entrepreneurs, de véritablement se mouiller sans trop en attendre des autres afin de développer leur projet musical en toute autonomie, que ce soit dans le but de signer ou non.

ENTREPRENEUR MUSICAL : UNE AFFAIRE DE MINDSET
Qu’est-ce qui différencie un musicien lambda d’un musicien entrepreneur ? Pour répondre à cette question, je dirai Tout. Ou presque.

Le Musicpreneur :

  • Organise son projet sur tous les aspects sans attendre des autres
  • Sait trouver la motivation en lui-même et fait preuve de courage et d’ingéniosité dans ce marché devenu fortement concurrenciel
  • Perçoit les obstacles comme des défis et sait enrichir ses connaissances pour les affronter
  • Est un businessman qui comprend l’intérêt de bâtir son projet autour d’un solide modèle économique qui garantit le retour sur investissement
  • Se forme en permanence, apprend des autres en allant à des spectacles, forum, ateliers et acquiert de nouvelles compétences autres que celle liées à son art
  • Forme une union sacrée avec sa team surtout qu’il n’a pas nécessairement les moyens de rémunérer leur apport en l’état d’avancée actuelle de son projet
  • Accepte le changement et définit des objectifs clairs, précis et réalisables (à court, moyen et long terme)
  • Écoute, s’adapte, répartit les rôles, encadre et supervise

De toutes manières personne ne porte mieux un projet que son initiateur.

Oui. Et pour cause la tâche (bien que très gratifiante) est relativement ardue. Il faut à la fois gérer et de manière permanente, 04 pilliers essentiels :

  1. l’aspect économique du projet (financement, planning, logistiques, rentabilité, retour sur investissement, etc.),
  2. sa présence (branding, design, photographie, vidéos, site internet, SEO, plateformes en ligne, etc.),
  3. son marketing (presse, engagement, buzz, statistiques, réseaux sociaux, newsletter, etc.)
  4. et la musique (composition, production, concerts, son, lumière, tournée, etc.).

Oui ! Faire du MusicBusiness c’est ça. Quand on n’a pas encore la force d’un Major derrière soi, c’est “fais-le ou abandonne

Bien que cela puisse paraître écrasant, voire impossible, il faut bien se rappeler 4 choses :

  1. Le Musicpreneur, même indépendant, n’est pas forcément seul. Il est toujours important de savoir s’entourer de la bonne équipe et surtout de SAVOIR déléguer les tâches de façon optimale.
  2. Avec un peu d’organisation, il devient plus facile de planifier, de prioriser les tâches à accomplir en fonction de l’avancement du projet, ne pas s’éparpiller, ni de trop rêver
  3. Rester modeste et humble, écouter le marché et les nouvelles tendances pour se réadapter sans cesse
  4. Savoir motiver ses troupes, les féliciter de ce qui marche et corriger pour avancer ensemble

 

CONCLUSION
Business et créativité ne sont pas incompatibles. Trop de musiciens ne réalisent pas encore cela et laissent mourir à petit feu leur carrière voire leur talent. Trop de musiciens investissent uniquement sur la création de leurs oeuvres, oubliant que le plus difficile est parfois ailleurs. Pour autant, il est à la portée de chacun de briser ces pensées limitantes, se former sur le sujet du marketing musical et développer soi-même sa carrière d’artiste. Avec un nouvel état d’esprit, de nouvelles possibilités s’ouvriront forcément.

Mes chers artistes, si votre musique me parle et que vous êtes dans cette logique là, alors votre projet m’intéresse. On commence quand ? Attention, je suis fou et pas toujours disponible (–)

Armand-Thierry NGUELE
Entrepreneur web. Créatif Multimédia. Consultant Certifié en Marketing Digital. Petit fou 🙂